Devenez 

membre et 

participez

à l'espace 

discussion.

Le théâtre de Moïse Touré est en même temps à Annecy et à Bamako, à Grenoble, en Inde, dans les lycées de Haute-Savoie ou à Tokyo. Parce que son travail est d’établir du lien entre l’art et la communauté, il traverse les frontières, les genres et questionne les façons de faire. Avec notamment l’œuvre de Bernard-Marie Koltès pour viatique, Moïse Touré cherche aujourd’hui à réinventer le rapport au spectateur.

Avant La Foret

Les Inachevés

Tabataba et La Nuit juste avant les forêts

de Bernard-Marie Koltès

Conception et mise en scène Moïse Touré

Bernard-Marie Koltès a disparu il y a 25 ans. Libre et voyageur, il aura eu le temps d'écrire en une dizaine d'années une œuvre pleine, une œuvre achevée à 41 ans, à la façon de Franz Kafka ou Jack London. D'un de ses personnages, il écrit "Il prend son élan, saute, et disparaît dans l'espace", c'est bien ainsi qu'on l'imagine, ayant pris son dernier élan pour rejoindre un coin fraternel de banlieue africaine, sa terre d'élection, tandis que son théâtre continue à irriguer aujourd'hui les scènes du monde entier.

Tabataba est une courte pièce à trois personnages ainsi présentés: Maïmouna (grande sœur), Petit Abou (cadet), Harley Davidson (moto), et ainsi situés: "La cour intérieure d'une maison. Onze heures du soir. Quarante degrés: " Tout est inscrit là. Aux murs de ce huis clos. Où l'on ne parvient pas à se séparer, ni de l'autre ni de son enfance. La Nuit juste avant les forêts est un des premiers textes de Koltès. Le monologue d'un homme qui marche seul, dans la ville-nuit. "Un texte superbe, sans littérature..." écrira le critique Gilles Sandier, où la parole ininterrompue est la seule chance de survie pour qui veut conjurer sa solitude, l'absence de l'autre, le manque d'amour.

Avec, notamment, l'œuvre de Koltès pour viatique, le metteur en scène Moïse Touré traverse les frontières pour questionner sans relâche le rôle du théâtre, du Mali aux Etats-Unis, du Burkina-Faso au Japon. Une des tâches essentielles qu'il se donne est de réinventer le rapport au spectateur, au citoyen, comme on le verra également cette saison à la MC2 avec son travail sur Marguerite Duras et son projet Utopies urbaines

TARIF UNIQUE : 8 euro